Et alors, Pause Guitare ?

Musique News Vie culturelle

Pause Guitare, c’est THE place to be au mois de juillet quand on aime les festivals indépendants. Ayant refusé de suivre le mouvement et d’être racheté l’an passé, l’évènement Albigeois a réussi à garder une liberté d’être qui offre une expérience hors du commun.

Je vais commencer vu du côté de la journaliste venue faire son reportage sur place. Comment ne pas les remercier de leur accueil exceptionnel, de toutes les petites attentions qui nous sont portées, de l’organisation professionnelle irréprochable. Cela me paraît être un point important à citer, parce que ce n’est pas partout qu’on vous reçoit avec deux lieux dédiés à la presse, des transats, et des flamants rose. En ce qui me concerne, les flamants rose, c’est le point le plus important. Bien entendu ! 

Bon, une fois ce point évoqué, concentrons-nous sur le véritable enjeu de cet article : Pause Guitare, c’est comment ?

Et bien je vais me positionner là en tant que spectatrice. J’ai beau être ici pour travailler, j’ai cette passion de la culture et des festivals qui ne me quitte pas pour autant.

Vous avez donc deux programmations distinctes : le in, soit les concerts payants sur la grande scène de Pratgraussals et le off, qui se déroule en ville sous plusieurs formes, dont l’une est le Prix Magyd Cherfi.

Qui est Magyd ?

Avant toute chose, il faut savoir que par bonheur, c’est un artiste vivant et bien présent. Si je souligne ce point, c’est que pour Annie et Alain Navarro ainsi que tous les autres, c’est une chose essentielle. Où serait l’utilité de parler au nom d’un artiste disparu alors qu’il y a des pointures dans leur domaine qui ne demandent qu’à partager ?

Pour rappel, Magyd est l’un des toulousains de Zebda. Mais il est aussi écrivain et acteur : les mots, ça le connaît.

Et le tremplin alors ?

Appelé jusque là “Découverte Chanson”, le tremplin prend le nom de Magyd en 2018.

Plusieurs prix sont remis : celui des professionnels (le gagnant remporte une scène sur le festival l’année suivante), celui du public (offert par La Poste du Tarn) celui de la communication (par la Dépêche du Midi).
8 artistes sont en lice chaque année et bénéficient d’un passage de 25 minutes chacun.

Nous avons eu l’occasion de rencontrer plusieurs d’entre eux, que nous vous présenterons très rapidement.

Et ensuite ?

Et ensuite nous en avons encore pris plein les oreilles. Direction la Grande Scène de Pratgraussals où, ce soir là, se succédaient les Trois Cafés Gourmands, Zazie, Boulevard des Airs et Soprano.

 

Avec une programmation très éclectique, Pause Guitare est aujourd’hui un “petit” festival (encore associatif) qui a vraiment tout d’un très grand. 
Pour preuve, cette année est l’année de tous les records puisqu’avec ses 64 000 entrées payantes et 2 soirées complètes, l’association pulvérise ses très bons scores de l’an passé de plus de 1 000 festivaliers.

De notre côté, la parenthèse Pause Guitare n’est pas encore terminée puisque nous vous préparons de très jolis portraits d’artistes pour les jours à venir !

Enfin, nous souhaitons donner le mot de la fin à l’un des bénévoles rencontrés : “Annie et Alain font tout pour que les bénévoles se sentent bien, soient heureux et aient envie de jouer le jeu à fond. C’est un véritable plaisir de tous nous retrouver sur Pause Guitare chaque année et ce, depuis le début de l’aventure !”.

Quant à nous, chez Maddy, on vous dit pour sûr à l’année prochaine !

 

Article et photo : Alex

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *