Drôle de titre pour un album penserez-vous. Vous avez raison, mais après avoir rencontré les artistes qui l’ont créé, on comprend mieux pourquoi. 

Pourquoi avoir choisi un tel titre ? 

Johnstone & J.E. : On venait de finir notre salade, quand… non, c’est venu comme ça… 

Pouvez-vous nous en expliquer la ligne directrice, le fil conducteur ? 

J & J.E. : Dès le début on a voulu se décomplexer par rapport à ce que l’on fait à côté. Nous sommes partis de sonorités déjà plus club, plus deep-house. Nous voulions vraiment faire un truc différent. Johnstone a puisé dans les sonorités qu’il aime plus particulièrement. 

Comment vous êtes vous réparti les rôles entre la création des textes et la composition musicale ? 

J & J.E. : Chacun d’entre nous écrit ses couplets, reçoit ceux de l’autre. Ensuite, nous nous accordons avant de nous lâcher dessus. 

Les musiques, quant à elles, ont été composées par Grin, Billy Zee, Tiwaan, MLK prod. 

Quel est votre morceau préféré dans l’album ? 

J.E : Tombé. C’est le morceau le plus coeur, le plus torturé, le plus sincère. Il est sorti comme ça. C’est celui qui me ressemble le plus et que nous avons enregistré en premier. 

J : Prends ça cool, parce que c’est un vrai mélange. Ce ne sont pas deux textes personnels collés ensemble. On s’est passé et repassé le bébé pour arriver à un résultat commun. 

Nous avons mis pas mal de temps pour sortir l’EP : 1 an et demi. Les raisons en sont diverses : nous avons mené d’autres projets en parallèle et avons eu besoin de faire une pause. Ensuite, nous avons organisé une résidence pour terminer la création. À la base, il y avait beaucoup plus de morceaux. Nous avons dû faire un choix et mettre les autres sons de coté. 

Nous avions besoin de nous retrouver à la campagne, un endroit privilégié, sans tout ce qui nous distrait à la ville. Du coup, on est obligés de se cantonner au travail qu’il y a à faire. 

Quel(s) message(s) voulez-vous transmettre ? 

Il n’y a pas de message principal. En fait l’album est le résultat du travail que nous faisons ensemble depuis longtemps. Nous nous rejoignons musicalement. Avouons que nous nous sommes fait plaisir avant tout. 

L’album est sorti le 31 août dernier… 

Oui, et il a été bien reçu. Mais comme ça faisait un moment que nous n’avions rien sorti ni l’un ni l’autre, le lancement est très lent. Mais les retours sont super bons, et nous sommes ravis. 

Quels sont vos prochains projets ? 

Il y a un EP 7 titres qui va sortir en avril et aura une autre ligne directrice. Un peu plus boom-bap, années 90. Super différent. Le titre, attention c’est un scoop ! sera C’est mieux que rien. 

Vous êtes très productifs 

Oui, nous sommes tout le temps en train de créer, ensemble ou séparément. Mais nous travaillons ensemble, intervenons sur les projets des autres. Nous sommes une équipe, et c’est important pour nous d’avoir d’autres oreilles que les nôtres pour critiquer et faire évoluer notre travail. 

Du coup, nous avons beaucoup de morceaux inutilisés qui sont intégrés à une mixtape de Johnstone composée de 31 titres très éclectiques sur lesquels il n’y a pas beaucoup de solos. Mais nous n’avons pas encore prévu de date de sortie. 

Et la scène ? 

Nous n’en avons pas prévu pour le moment, parce que nous avons pas mal de projets, solos ou autres, à finaliser. Aujourd’hui, nous sommes davantage dans la production musicale que dans la préparation de scènes. Mais nous n’abandonnons pas cette idée parce que nous adorons cela. Notamment Jess (J.E.) qui n’imagine pas ne pas monter sur scène. 

Concernant les projets à venir, nous voulons travailler à créer une vraie scénographie, un vrai spectacle. À ce propos, nous envisageons également d’insérer du VJing (DJ qui mixe de la vidéo). 

Vous êtes finalement toujours en ébullition ? 

Sans cesse en recherche d’amélioration, d’évolution, nous sommes en train de créer une nouvelle collection textile CDXX qui sera utilisée sur scène. 

Un dernier mot ? 

Nos morceaux sont disponibles uniquement en digital, sur Datpiff (plateforme américaine) ou Soundcloud. C’est gratuit, pour prolonger notre vraie démarche de partage.